Mind map et mnémotechnic

Bonjour,

Je pose cette question ici, car je ne suis pas suffisamment à l’aise pour la poser en anglais.

J’essaie tant bien que mal de coupler mémorisation de mindmap et palais de mémoire.

Je crée des images pour les titres. Ensuite, pour mémoriser le niveau d’arborescence suivant, je remplace les images du titre par de nouvelle image qui correspondent au sous titre, etc…
C’est extrêmement laborieux, quand j’arrive à 3 arborescences, ça me prend bien 40min pour restituer l’ensemble du plan. J’espère qu’avec la pratique le temps de restitution va diminuer. De plus, la map commence à être très sérée, alors que “les marqueurs géographique ne sont pas nombreux”.

Des mots clef reviennent, du coup je réutilise la même image pour un mot clef. Ainsi, je gagne du temps dans la phase de mémorisation, mais j’ai l’impression que l’image en question devient moins forte.

De plus le temps d’assimilation reste très long. Et je me demande si j’utilise le bon procédé de restitution: Je vois l’image, une fois vue je récite à quel notion du cours elle correspond.
Es-ce que je peux me dispenser de traduire l’image par l’information que je veux mémoriser ? Ainsi, il me suffirait de restituer la succession d’image mentale ce qui diviserai le temps de restitution par deux.

De plus, je me suis interdis d’utiliser la méthode des liens. Car le but des mindmap est de séparer les différentes informations. Mais sans cette méthode la mémorisation est clairement plus difficile.
Je me suis dit qu’on peut utiliser la methode des locis rien que pour la première mémorisation d’image. Une fois la succession d’image maitrisée, je compte essayer de dissocier les liens entre l’image pour conserver la logique du mindmap (logique de classification par séparation des sujets), et ainsi pouvoir passer à la mémorisation de l’arborescence suivante.

J’espère que vous avez tout compris.

Merci d’avance.

I don’t speak French, but I translated it with Google Translate. :slight_smile:
How big is the mind map? (how many nodes or items?)

You can reply in French if you would like and we can use Google Translate. :slight_smile:

Bonjour,
Je sais pas si je peut être d’une grande aide sur ce sujet, mais c’est une question que je me suis aussi posée. Je crois que c’est aussi la toute première question que j’avais en venant ici !
J’ai tenté la même chose que toi, et ça n’a pas bien marché. Je ne pense pas que la structure des mind maps soit finalement très adaptée pour cela. Enfin bon, si tu finis par trouver une méthode qui te convient, fais nous le savoir, ça en interesse plus d’un ici. Pour ma part j’apprends mes maps bêtement avec Anki. (je convertis les .xmind en .anki avec l’outil que j’ai dvpé, XMind2anki).
A bientôt j’espère,
Bruno

Merci pour vos réponses.
J’utilise Xmind. Je ne sais pas comment compter le nombre d’item mais il doit y en avoir plus de 200.
J’ai essayé cette méthode, 1 ou 2 semaine. Mais, je prenais beaucoup trop de retard sur mon travail quotidien, et les résultat obtenu n’était pas impressionnant du coup j’ai abandonné. Je ne sais toujours pas si ca a été une bonne décision ou non, sachant que les résultats sont sensé arrivé avec la pratique.

Bruno: comment tu t’y est pris ? Avait-tu suffisamment de voyage ? Combien de temps a-tu utilisé cette technique ? Avait tu déjà de la pratique en mnémotechnic avant de t’attaquer à cette technique ? Qu’es ce qui selon toi fait que ça n’a pas fonctionné ?

Josh: J’ai hésité à utiliser google translate parce que même en traduisant l’anglais en francais on a du mal à comprendre.Ce n’est peut être pas le cas dans la traduction inverse.

Re,
Je pense que j’avais relativement peu d’expérience, juste appris des listes de mots.
J’ai essayé de construire de toute pièce des chemins arborescents, mais j’avais du mal à me déplacer dedans, et leurs constructions étaient couteuses en temps.
Maintenant, je ne réessaie pas d’apprendre par coeur des maps avec la méthode des lieux car une carte est déjà une forme de représentation, rajouter une deuxième couche de représentation me semble contre-productif. Du coup, actuellement je vois juste 2 voies complémentaires pour apprendre une carte pour garder l’avantage de son organisation :

  • Le rappel libre, essayer sans outil ou méthode particulière de se rappeller des premiers niveaux et de grosso modo de ce qu’il y a l’intérieur. Pour ne pas perdre la vue d’ensemble acquise par la carte.
  • Apprendre les détails, les faits, avec un logiciel come Anki. Pour ne pas perdre les détails situés en bout d’arborescence.

A la limite la ménometchnique peut éventuellement aider pour ces deux voies, mais sans s’attacher vraiment à la forme de la carte.

Si je puis me permettre (je ne suis qu’un nouveau venu) cette méthode est excellente en théorie mais pose de nombreux problèmes en pratique.

L’intérêt des Mind Maps est qu’elle permet d’inventer son propre language personnel et visuel, en utilisant un support. C’est un cousin de la méthode des associations…mais un cousin éloigné.

L’effet ‘anti bridage’ excellent pour la créativité nous éloigne de l’efficacité mnésique(en tout cas dans un premier temps). Parce que paradocalement, les Locci ou les Associations demandent d’associer à du ‘déjà connu’.

On a donc une double difficulté: inventer une notation (mind map) ET inventer des associations sur cette invention… il y a automatiquement un effet ‘bruit’ et une déperdition d’info…d’où un effort supplémentaire.

Ce n’est pas une mauvaise idée du tout, mais peut être faut-il un entrainement spécifique.

Pour beaucoup de gens, par exemple, il faut commencer par des associations simples ‘par histoire’, puis ‘muscler’ cette capacité en utilsant des associatiosn plus ‘abstraites’ utilisant plus la ‘synesthésie’, pour enfin avoir une méthode des Loccis facilement utilisable.

Peut être faut-il des ‘muscles mentaux’ et des approches/outils un peu spécifique pour pouvoir utiliser toute la substantifique moelle de cette approche là.